La librairie des peuples noirs

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

jeudi 10 août 2017

Université des montagnes Pour solde de tout compte. (Ambroise Kom )


Noir Canada Pillage, corruption et criminalité en Afrique . ( A. Deneault )

De quoi totale est-elle la somme ? ( Alain Denealt )

La guerre du Cameroun, l'invention de la Françafrique ( préface Achille MBEMBE)

mardi 7 juillet 2015

France Côte d'Ivoire Une histoire tronquée. Auteur: Fanny Pigeaud. éd. Vents d'ailleurs.

En 2010, Laurent Gbagbo, président sortant de la Côte d'Ivoire, affronte Alassane Ouattara au second tour d'une élection présidentielle.

Le contexte est tendu : depuis la mort du président Félix Houphouët-Boigny, en 1993, le pays, ancienne colonie française, a vécu une succession de crises politiques et militaires, avec en toile de fond d'importants enjeux économiques.

Gbagbo et Ouattara revendiquent chacun la victoire. La " communauté internationale " prend parti pour Ouattara, alors que le Conseil constitutionnel donne Gbagbo vainqueur. Gbagbo refuse de quitter la présidence, demande un recomptage des vois. Pour la première fois de son histoire, sous l'impulsion de la France, l'ONU entre directement en guerre avec une opération militaire impliquant l'armée française. Le 11 avril 2011, cette intervention se conclut par l'arrestation de Gbagbo, aujourd'hui en détention à la Cour pénale internationale, à la Haye. La crise semble close.

Cependant, les soutiens de Gbagbo sont nombreux, la validité de l'élection de Ouattara est mise en doute, des voix s'élèvent pour contester la version officielle. Qui croire ?

samedi 4 juillet 2015

Dictionnaire de l'origine des noms et surnoms des pays Africains. Auteur : Arol Ketchiemen. éd. Favre

Nombreux sont les pays d'Afrique à avoir changé d'appellation au fil du temps, au gré notamment des différentes phases de colonisation et des modifications apportées au tracé des frontières. L'étude des noms de lieux offre ainsi un accès privilégié à l'histoire du continent.

Fruit d'un travail de recherche semé d'embûches, ce dictionnaire retrace l'étymologie et l'évolution des noms et surnoms des pays africains au cours de l'histoire, pour tordre le cou aux inexactitudes et aux idées reçues et rendre hommage aux grands hommes qui ont marqué l'histoire africaine et sont à l'origine des noms de certains Etats.

jeudi 13 décembre 2012

Jean-Joseph Rabearivelo-Oeuvres complètes - Tome I

  • Jean-Joseph Rabearivelo
  • Oeuvres complètes - Tome I
  • Le diariste (Les Calepins bleus) - L'épistolier - Le moraliste
  • Serge Meitinger, Liliane Ramarosoa et Claire Riffard (dir.)
  • Paris : CNRS Editions, coll. "Planète Libre", 2010.
  • EAN : 9782271070555
  • 1274 pages
  • 33,25 EUR

Présentation de l'éditeur :

L'auteur :

Léopold Sédar Senghor voyait en lui le « Prince des poètes malgaches ».

Jean-Joseph Rabearivelo (1903-1937) entre en littérature comme on tombe amoureux. Imaginez, au début du XXe siècle, au coeur d'une île en ce temps soumise à la France coloniale, un jeune homme de couleur qui découvre en lui le don de l'expression, associé à l'amour des Lettres et de la langue française. Il oeuvre dès lors à se faire - en deux langues et avec quel talent ! - poète, journaliste et critique, dramaturge et romancier, historien de sa tradition et traducteur de textes anciens comme de textes modernes… Rien n'échappe à son emprise créatrice.

Supposez à présent que cette oeuvre majeure soit restée largement inconnue ou introuvable jusqu'à ce qu'en 2008 les enfants de l'écrivain ouvrent la porte de leurs archives à une équipe internationale de chercheurs ; vous obtenez une aventure scientifique et éditoriale sans équivalent, qui livre ici ses premiers résultats.

Le livre : En ce premier volume des oeuvres complètes, entièrement inédit, c'est d'abord Jean-Joseph Rabearivelo par lui-même qui apparaît. Un moraliste, à la manière de Gide. Un infatigable épistolier, en lien avec les milieux littéraires du monde entier auxquels il fait découvrir la culture et la littérature malgache. Un diariste enfin dans les Calepins bleus (1933-1937), journal intime longtemps tenu secret pour son caractère sulfureux, souvent réchappé du feu selon les mots de Rabearivelo (1/12/35) : « Ai encore une fois velléité de brûler tous mes Calepins bleus. En suis dégoûté – tellement c'est ou trop nu (jusqu'à montrer les os) ou trop habillé (comme une catin âgée mais ayant toujours besoin de vivre). » Au lecteur de se faire une juste idée de cette âpre nudité et de ces fards parfois capiteux en se plongeant dans le flux de cette vie écrite !

L'équipe de recherche : Coordonnée par Serge Meitinger, Liliane Ramarosoa et Claire Riffard, elle se place sous l'égide de l'équipe « Manuscrit Francophone » du laboratoire ITEM (Institut des Textes et des Manuscrits Modernes, CNRS-ENS) et de l'AUF (Agence universitaire de la Francophonie ).

Cet ouvrage est le deuxième de la collection « Planète libre » dirigée par Pierre-Marc de Biasi et Marc Cheymol.

Responsable : Serge MEITINGER, Liliane RAMAROSOA, Claire RIFFARD

Jean-Joseph Rabearivelo, Œuvres complètes. Tome II

Le poète – Le narrateur – Le dramaturge Le critique – Le passeur de langues – L’historien

Imaginez, en ce début du vingtième siècle, au cœur d’une île à ce moment soumise à la France, un jeune homme de couleur qui découvre en lui le don de l’expression, associé à l’amour des Lettres et de la langue française ! Conscient de son génie, Jean-Joseph Rabearivelo, né en 1903, travaille ainsi à devenir le premier « intellectuel » de sa nation. Poète, journaliste et critique, romancier et dramaturge, historien et traducteur, il s’efforcera de maintenir l’équilibre entre l’apport natal et l’essor que lui permet un médium étranger prestigieux.

Lui qui se dit « fils des Rois d’une époque abolie », mais vit durement son statut de bâtard, il sera l’éclat et l’illustration de sa « race ». Cela passe par la maîtrise de la langue du conquérant et par l’excellence qu’il saura montrer dans le champ littéraire d’une des plus anciennes civilisations d’Europe. Néanmoins, il n’oublie pas et n’oubliera jamais la langue et la civilisation malgaches. Sa perspective intellectuelle, littéraire, esthétique et critique, est toute tracée, et son vœu le plus cher est de mettre en contact, de faire passer l’une dans l’autre les deux cultures qui sont les siennes : l’européenne (la française plus particulièrement) et la malgache.

Son étonnante créativité ne se contente pas d’exploiter les modèles en vigueur, et la maîtrise de la langue française ne signi1ie pas soumission intellectuelle et morale au conquérant. Cette langue venue d’ailleurs, imposée d’abord par la force des armes mais passionnément aimée, peut devenir, au point de passage des langues, un outil d’ouverture au monde et à l’universalité de la littérature en tant qu’expression de la dignité humaine.

Ce second tome de ses œuvres complètes comprend d’abord l’œuvre essentiel, c’est-à-dire l’œuvre de création – la poésie, les récits, les pièces de théâtre –, puis l’œuvre de l’éminent passeur de cultures et de civilisations qu’il fut durant toute sa fulgurante carrière – les traductions de poèmes malgaches traditionnels et contemporains vers le français –, et enfin la contribution de l’intellectuel engagé et créateur à la fois – les articles critiques et les essais d’histoire.

Coordonné par Serge Meitinger, Laurence Ink, Liliane Ramarosoa et Claire Riffard. Sous l’égide de l’ITEM (Institut des textes & manuscrits) et de l’Agence universitaire de la francophonie.

vendredi 25 mai 2012

Contre Biya, Procès d'un tyran de Patrice Nganang, Editions Assemblage, 2011

biya Ce livre est la collection d’articles publiés pour la plupart dans des journaux camerounais, entre 2003 et 2011. Ils ont été écrits comme des commentaires directs par rapport à des évènements spécifiques de la politique camerounaise, et ont circulé abondamment sur internet. Ils analysent donc des évènements politiques, du point de vue d’un citoyen et d’un écrivain qui oeuvre pour des changements fondamentaux dans le pays de sa naissance. Ainsi ils présentent la descente rapide de son pays dans les profondeurs de la violence, symbolisée particulièrement par les émeutes de février 2008, avec leurs centaines de morts et milliers d’arrestations, et ils sont également l’archive de l’implication effective d’un écrivain dans des cas bien précis: le procès de Mouafo Djontu en 2009, le débat autour du changement d’articles de la constitution en 2008, la campagne pour la libération du chanteur Joe la Conscience en 2008, et la campagne pour la libération de l’écrivain Bertrand Teyou en 2011. Ils présentent cependant aussi la naissance de l’espoir, particulièrement à l’ombre des révoltes de Tunisie et d’Egypte en février 2011, tout comme les espoirs qui au Cameroun sont liés aux élections présidentielles prochaines, de voir un changement de régime. La thèse principale du livre est que défaire la tyrannie n’est possible qu’à travers une culture de responsabilité, qui commence au niveau le plus élevé de l’Etat: avec le président de la république du Cameroun lui-même. Les stratégies que le livre utilise consistent d’abord à séparer le président de la république du Cameroun de tous les oripeaux qu’il utilise pour se protéger lui-même tout comme sa fonction contre toutes formes de critique et de procès. Le livre utilise des méthodes stylistiques et littéraires pour atteindre ses buts: l’adresse directe sous la forme de lettres, la satire, etc. Ensuite le livre s’attaque à l’oeuvre de Biya, insistant particulièrement sur les violations des droits du citoyen de cette dernière décennie, les violations particulières de la loi, tout comme de la constitution. L’argument essentiel du livre est sa volonté de créer un espace de dissidence, mais aussi celle de découvrir les poches d’opposition, tout comme les personnalités qui pourraient incarner celle-ci. Se basant sur des débats publics comme celui sur l’homosexualité, sur l’écriture Anglophone, les révoltes de la faim en 2008, il présente une défense de la démocratie qui est fondée sur le respect des droits humains. Les exemples de Joe la Conscience et de Bertrand Teyou deviennent ainsi des cas précis dans un argumentaire général pour une défense du changement. La publication de ces articles est un pas de plus dans la formulation d’une écriture politique différente en Afrique, car Contre Biya n’est pas seulement centré sur des cas dans lesquels l’écrivain lui-même était impliqué, il créé un espace de possibilité pour un tribunal citoyen, le Tribunal Article 53, qui réunit des personnalités du monde entier, dont certaines habitent au Cameroun, autour de la volonté de: changer un article de la constitution, l’article 53, qui donne une immunité sans limite à l’actuel président de la république du Cameroun et à ses successeurs; constituer un dossier d’accusation contre Paul Biya en préparation d’un procès effectif; organiser un tribunal citoyen durant lequel des témoignages de victimes de son régime seront écoutés et un jugement sur les années Biya sera formulé collectivement. Le livre Contre Biya est ainsi un pas de plus vers une littérature politique écrite par des écrivains africains, car il est surtout un appel à passer à l’acte. Il créé un espace pour une forme d’écriture beaucoup plus actionnable que simplement dénonciatrice. Le livre est une introduction aux témoignages des victimes du régime de Biya dont il prélude la collection.

mercredi 2 mai 2012

Abobo la guerre - Côte d'ivoire:terrain de jeu de la France et de l'ONU de Leslie Varenne, Editions Mille et une nuits, 2012

abobo Côte d'Ivoire, novembre 2010.L'élection présidentielle a laissé un goût amer. Organisée auforceps par une coalition internationale soutenue par l'ONU et dirgée par la France de Nicolas Sarkozy, elle n'a rien réglée de la crise profonde que traverse ce pays depuis dix ans. Bien au contraire, elle l'a plongé dans la confusion, rendant son avenir incertain et périlleux. Au terme d'un an d'enquête et de multiples reportages, Leslie Varenne révèle dans cet ouvrage percutant les coulisses d'un conflit meurtrier dont nul ne mesure encore les effets.Elle dénonce les innombrables mensoges des autorités. Elle démontre notamment qu'en dépit des multiples dénégationsde Paris, Laurent Gbagbo, le président sortant, a bien été enlevé par le GIGN, et donc par la France. Alassane Ouattara, globalement démocratique élu, mais militairement installé par une armée étrangère, ne voit-il pas sa légitimité entamée? Ce livre raconte aussi l'histoire tragique des habitants de l'immense commune d'Abobo, quartier déshérité du nord d'Abidan qui a été au coeur de cette guerre. Depuis ce lieu stratégique , bastion pro-Ouattara, on découvre le jeu cynique des dirigeants, leurs manipulations, leurs trahisons, et comment les deux camps ont délibérément envoyé la population civile à l'abattoir pour servir leurs desseins.

Manifeste d'une nouvelle littérature africaine de Patrice Nganang, Editions Omnisphères 2007

Chantal_4.jpg ON NE PEUT PLUS ECRIRE AUJOURD'HUI en Afrique comme si le génocide de 1994 au Rwanda n'avait jamais eu lieu. Ce génocide n'est pas seulement la culmination sur le continent africain du temps de la violence. Il est aussi le symbole d'une idée qui désormais fait corps avec la terre africaine: "l'extermination de masse perpétrée par des africains sur des africains".

samedi 10 décembre 2011

L'Affaire de la philosophie africaine de Fabien Eboussi Boulaga (Editions Karthala 2011) disponible à la Librairie des Peuples Noirs

((/public/.l-affaire-de-la-philosophie-africaine-au-dela-des-querelles_t.jpg|l-affaire-de-la-philosophie-africaine-au-dela-des-querelles.jpg|L|l-affaire-de-la-philosophie-africaine-au-dela-des-querelles.jpg, déc. 2011)) L'affaire de la philosophie? En quoi consiste-t-elle? On peut l'entendre comme l'ensemble des querelles et des débats qui ont tournés autour des questions telles que:

"Au Cameroun de Paul Biya" de Fanny Pigeaud (Editions Karthala 2011) disponible à la Librairie des Peuples Noirs

au-cameroun-de-paul-biya.jpgLorsqu'il est arrivé en 1982 à la tête du Cameroun, pays riche en ressources naturelles et humaines, Paul Biya representait pour ses concitoyens l'espoir d'une ère nouvelle, après 22 ans d'un régime extrêmement autoritaire.

jeudi 17 février 2011

Kamerun! Une guerre cachée aux origines de la Françafrique (1948-1971). Auteur: Deltombe-Domergue-Tatsitsa, Ed. La Découverte 2011

kamerunPendant plus de quinze ans, de 1955 à 1971, la France a mené au Cameroun une guerre secrète. Une guerre coloniale, puis néocoloniale, qui a fait des dizaines de milliers de morts, peut-être davantage. Une guerre totalement effacée des histoires officielles. En France, où l'on enseigne toujours que la décolonisation de l'"Afrique française" fut exemplaire et pacifique. Et au Cameroun, où il est encore risqué aujourd'hui d'évoquer ce terrible conflit qui enfanta une redoutable dictature... C'est dire l'importance de ce livre, qui retrace pour la première fois l'histoire de la guerre menée par les autorités françaises contre l'Union des populations du Cameroun (UPC), le parti indépendantiste créé en 1948, et tous ceux pour qui la liberté et la justice s'incarnaient en un mot: " Kamerun ! " Pendant quatre ans, les auteurs ont enquêté en France et au Cameroun, Ils ont retrouvé de nombreux témoins : millitaires français et camerounais, combattants nationalistes, rescapés des massacres... Dans les archives, ils ont consulté des milliers de documents et fait d'étonnants trouvailles, ils racontent comment furent assassinés, un à un, les leaders de l'UPC : Ruben Um Nyobè en 1958, Félix Moumié en 1960 et Ernest Ouandié en 1971. Et ils montrent comment l'administration et l'armée françaises, avec leurs exécutants locaux, ont conduit pendant des années une effroyable répression: bombardements des populations, escadrons de la mort, lavage de cerveau, torture généralisée, etc.

samedi 30 octobre 2010

Monnaie, servitude et liberté: La répression monétaire de l'Afrique

Auteur: Joseph Tchundjang Pouémi

Editeur: Menaibuc

Lire la suite...